Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme : fibre
Anonyme : HEMOROIDE
Anonyme : hemoroide
Anonyme : hémoroide
Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Des codes à barres pour limiter les erreurs de prescription

Écrit par ToTor le Tuesday 04 December @ 21:48:38 - version imprimable

DocteurVoici une idée originale : rajouter sur tous les médicaments distribués dans les hôpitaux des codes à barres pour éviter les erreurs sur les noms: un patient se voit prescrire le bon médicament et administrer un homonyme dangeureux, ou le contraire... Un bon exemple ? Cerebyx/Celebrex/Celexa !

Le problème est très important aux États-Unis : jusqu'à 100 000 patients décèderaient chaque année à cause de telles erreurs de prescription.

Les patients porteraient des bracelets dotés eux aussi de code barre et avant de recevoir leurs médicaments, une vérification par ordinateur certifirait que le médicament est bien destiné au patient.

Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.