Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme : hémoroide
Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Droit de grève interdit

Écrit par Webmestre le Monday 21 January @ 14:46:52 - version imprimable

DocteurLe Dr Stéphane FOULON d'SOS Médecins Amiens nous écris : « Le mouvement de grève actuel et la journée du 23 janvier « 24 h sans toubib » est un fait historique de part l'aspect unitaire de ce mouvement des généralistes avec les spécialistes et SOS Médecins. Avec aussi la particularité que les grandes villes seront touchées de plein fouet.

Cependant, et c'est sans précédent, forts de cette crainte, les pouvoirs publics essayent d'étouffer activement ce mouvement et notamment par son ampleur au niveau des grandes villes.

En effet, les DDASS sur les recommandations du Pr. PETIT ( Samu de France ), préparent des réquisitions massives des groupes de médecins SOS. C'est ainsi qu'à Amiens les réquisitions qui se préparent sont particulièrement scandaleuses de par leurs caractères discriminatoires...


Sur plus d'une centaine de médecins amiénois, le groupe SOS médecins qui en regroupe 16, va se retrouver dans une situation particulièrement injuste : Alors qu'un seul médecin généraliste sera réquisitionné, une douzaine d'urgentistes SOS seront privés de leur droit de grève par réquisition. Part ailleurs la DDASS fait pression pour que leur standard fonctionne normalement.

Alors le 23 janvier, par cette action, les pouvoirs publiques espèrent étouffer le mouvement au niveau de nos métropoles en réquisitionnant les partenaires habituels et privilégiés des SAMU que sont les professionnels de la visite : les SOS Médecins.

Jusqu'où peut donc aller cette injustice dans les réquisitions et dans quelles limites peut-on obliger des médecins grévistes à payer leurs salariés pour soulager les pouvoirs publics ?

Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   



Re: Droit de grève interdit | (Score: 0)
par: on: Monday 21 January @ 18:18:20
Mouais ... c'est bon aussi, je crois que niveau "être entendus", on peut déjà pas faire mieux. Il faut tout de même bien un service minimum, là, au niveau des interventions, quand même : et 16 médecins pour Amiens, c'est quand même pas beaucoup ... si ?

[ Répondre ]

Re: Droit de grève interdit | (Score: 0)
par: on: Tuesday 22 January @ 16:58:33
Le droit de greve est interdit pour les medecins,

du fait du mecanisme des requisitions. Et en

plus, Kouchner, qui se dit socialiste, refuse

de discuter des 35 heures avec les internes.

En effet, lors de la derniere greve des internes,

Kouchner a refuse de parler du temps de travail

des internes en medecine, qui est en moyenne

de 80 heures par semaine, et cela pour, au mieux,

20 francs de l'heure...



J'en suis au point ou je me demande pourquoi j'ai

entame mes etudes de medecine. C'est un metier qui

est beaucoup trop contraignant, a la fois au niveau legal (encadrement tres contraignant) et

familial (absence de vie de famille avec des

horaires du type 7H30-24H00).



Je n'ai plus que 15 mois a attendre avant de

passer ma these, apres 7 ans d'etude, donc je

continue pour le principe, mais je pense de plus

en plus a ne pas exercer ce metier par la suite.

L'attitude actuelle du gouvernement socialiste

va simplement aboutir a un manque de medecin.



Mon plombier a des horaires beaucoup plus sympas,

a un salaire nettement superieur, et en plus, il

a une vie de famille geniale, alors pourquoi

se faire \%@!#$& a faire 9 ans d'etudes?





Jerome Delcourt

[ Répondre ]

Re: Droit de grève interdit | (Score: 0)
par: on: Wednesday 23 January @ 11:15:18
Bonjour,



On aperçoit beaucoup de mouvements de mauvaise humeur ces temps-ci avec l'approche d'une campagne électorale.

Je trouvais dèjà très fort que les flics revendiquent et manifestent comme les gendarmes, mais là, je dois dire que le plus fort est sans doute le cas des médecins:

je trouve qu'avec un salaire de 25 000 à 30 000 F par mois, les médecins n'ont PAS LE DROIT DE FAIRE GREVE pour une augmentation de salaire !

C'est une profession libèrale, qui a ses propres règles: chacun est libre de faire ses propres horaires. Vous ne vous rendez pas compte qu'un tel salaire parait absolument énorme, vous comparez avec les plombiers ce qui est une fausse comparaison. Pour 3 plombiers qui gagnent très bien leur vie, disons 15 000 à 20 000 F/mois, il y a 5000, peut-être même 10000 personnes payées au SMIC 7300 F/mois brut, et qui ont les pires conditions de travail avec des conditions de vie sociale que vous n'imaginez pas.



De toutes façon, si vous n'êtes pas satisfait de votre salaire, et que vous persistez à effectuer cet odieux chantage, et la prise en otage des patients la solution, comme cela a été fait pour les infirmières, serait de faire venir des médecins d'autres pays, qui accepteront très bien les "menus" salaires que vous avez actuellement.



Pour finir, je répondrais au dernier intervenant, dont je me fout complètement du nom, qu'il n'est jamais trop tard pour changer d'orientation, vous avez droit, vous aussi à ébavurer des pièces de métaux !...

[ Répondre ]

Re: Droit de grève interdit | (Score: 0)
par: on: Wednesday 23 January @ 15:43:29
Vous êtes stupides. Vous croyez vraiement que si on se gâche la vie pendant 9 ans d'études, c'est pour accepter de gagner pas plus que ceux qui font un BEP et ne se font pas \%@!#$& ? 35 heures, et au pieu ? Attendez, je me suis trompé de vie ! Plus ça va, plus j'envie les plombiers ! Un excellent métier. Et ceux qui sont au smic, je ne crois pas qu'ils soient nombreux.



La médecine esclavagiste, on vous la laisse. Vous voulez vous soigner seuls ? Faites donc. Importer des médecins étrangers ? Faites le aussi. Faut dire, leur statut est tellement précaire et ils en ont tellement marre qu'ils pensent de plus en plus à exercer d'autres métiers dans notre doux pays ou la santé est la cinquième roue du carrosse.



Enfin, bravo pour ces suggestions dans le « pays des droits de l'homme ». Droit de se faire exploiter, oui.



Un sondage du quotidien du médecin l'a bien dit- 50\% des médecins voudraient exercer un autre métier. Quoi que vous vouliez en dire, une profession ou la moitié de ceux qui travaillent veulent changer de boulot est victime d'un profond malaise.



On n'a pas finit ses études que l'on veut déjà faire autre chose - je suis en 5e année, je touches royalement 200 euros par mois des hôpitaux de Toulouse. Pour un mi temps. Vous vivez avec ça ? Se saigner pendant sa jeunesse pour être autant ennuyé ensuite ? C'est du masochisme !



À côté de ça, mon activité de consulting que je fais sur l'autre moitié de mon temps me permet de vivre



Mon choix ? Il sera simple :



- Une qualité de vie excécrable avec des horaires inimaginables (le dixhuitième siècle et l'esclavage, c'est fini !), un salaire pitoyable en rapport du travail effectué, et une très forte responsabilité légale ?



- Ou alors une vie de qualité, en travaillant une quarantaine d'heures par semaine, pour un salaire très très décent sans risque de procès lorsqu'il se produit un des risques connnus et acceptés par tous ?

Franchement, si les conditions d'exercice ne changent pas, ce sera vite vu. Dommage - j'aime soigner, et je veux aider les malades. Mais on paye une visite moins qu'un déplacement de plombier. Lorsqu'on considère sa santé moins importante qu'un boût de tuyau, on peut légitimement penser que le soignant n'est pas plus considéré qu'un plombier.



Vraiement, les médecins envient de plus en plus les plombiers.



Beaucoup espèrent dans l'europe, et de la possibilité de travailler dans un autre pays (lorsque les lois seront suffisamment unifiées) pour gagner plus qu'en France. On ne veut pas de médecins ici ? On ira bosser ailleurs. Et les patients ? Comme en angleterre - lorsqu'ils ne pourront plus se soigner chez eux, ils iront se faire soigner à l'étranger.



C'est pitoyable et odieux. Mais un médecin n'est pas un moins que rien à la botte d'un gouvernement socialiste.



Guylhem Aznar



PS: si vous vous foutez du nom du dernier intervenant, sachez que signer de son nom est non seulement un signe de courage (courage de ses propos) mais aussi de responsabilité.



Oh, mais c'est vrai, tout le monde veut une société à risque zéro maintenant. Y'a que les médecins hors du coup... Allez, restez donc anonyme. On ne vous blamera pas.

[ Répondre ]

Re: Droit de grève interdit | (Score: 0)
par: on: Wednesday 23 January @ 18:47:13
Bonsoir,



Il est tout à fait légitime d'être interpellé par ces propos, quoiqu'il en soit, si des propos sont non-signés, c'est peut-être du fait que pour s'exprimer librement, certaines personnes sont cachées (regardez les reportages TV d' arrestations, et témoignages, par exemple).

Les copies d'examens, elles aussi sont anonymes.

Le vote, lui aussi est anonyme.



Un propos ne devrait pas acquérir de l'importance parce que c'est Monsieur ou monsieur qui le dit, mais par son sens intrinsèque.



La force d'internet, est que l'on peut se servir à outrance de l'anonymat, garant d'une certaine expression libre, pour peu que l'on garde l'anonymat.



L'anonymat c'est donc l'égalité.



> Et ceux qui sont au smic, je ne crois pas qu'ils soient nombreux



Détrompez-vous, on ne les voient pas, mais pour autant ils existent bel et bien, j'en ai même rencontré: tout les emplois-jeunes, la quasi-totalité des travailleurs temporaires, (ces derniers, de plus peuvent être virés du jour au lendemain).

Je ne vous parlent pas de ceux qui survivent avec les minimas sociaux (RMI), ceux-là n'ont même pas droit au chapitre !

Ils sont des millions, comme ça, comme des petites fourmis que l'on voit pas, dont on ignore jusqu'à l'existence... Leur espoir à eux est immense, mais ils ont très peu de chance de le voir se concrétiser.



Pour revenir au présent sujet, la grève des médecins est telle qu'elle révèle aux yeux du public la défaillance, non pas d'un gouvernement socialiste, mais d'un système de répartition des ressources qui ne semble pas être pleinement satisfaisant. La source de ce malaise, où la trouver ?

Chez les étudiants: de longues études, des étudiants sous-payés, des sacrifices consentis, pour au bout du compte n'être pas certain d'être diplomé ? Mais au moins, ne-serait-ce pas par espoir que ces études ont été entreprise ? Trouvez-vous que le jeu n'en vaut pas la chandelle ? Vous avez des espoirs déçus ?

Qu'attendez-vous donc de vos études ?



Chez les infirmières, qui travaillent entre le marteau et l'enclume.



Chez les médecins, qui eux, nous l'avons vu reçoivent des traitements conséquents, qui n'ont pas vu augmenter leurs consultation depuis des années (qui représente 5\% des dépenses totales de santé, ai-je entendu).



Chez les futurs étudiants en médecine qui sont de moins en moins nombreux à se porter candidat. Filière peu attrayante, mais pourtant noble.



Le système de soin est en crise, à cela de nombreuses raisons que l'on connait:

-avec l'avancée en âge des patients les services gériatriques sont en forte augmentation, comme les maisons de retraites.

-gestions des dépenses publiques draconniennes dû à la convergence des critères de Maastri**, qu'il faut maintenir.

-pertes des valeurs, remplacement par d'autres chez les plus jeunes: en d'autres termes, ce qui était bon pour la génération précédente ne l'est plus actuellement, les objectifs matériels restent définissables, mais les objectifs moraux sont indéfinisables...



J'entends déjà, ici où là, des critiques... qui sont attendues, et bienvenues.



PS: angiologue, n'est pas le super-plombier des organes humains ?

[ Répondre ]

Re: Droit de grève interdit | (Score: 0)
par: on: Thursday 24 January @ 11:03:38
L'anonymat est peut être l'égalité, mais il diminue pour autants la crédibilité des propos tenus.



Pour le smic, il était questions des plombiers professionels. Croyez-vous qu'il y ait vraiement beaucoup de plombiers travaillant à temps plein au smic, en ville ? Ceux qui travaillent pour eux-mêmes, et non leurs employés parfois exploités...



Mais oui, le reste de votre analyse est correcte- le secteur de la santé est en crise.

[ Répondre ]

Re: Droit de grève interdit | (Score: 0)
par: on: Saturday 26 January @ 18:14:14
L'insistance posée sur les critères financiers sont en particulier décalage avec les tentatives de régulation du marché du travail initiée par le gouvernement socialiste. On ne peut donc négliger une influence massive des idées patronales, et peut-être même un initiation proche du poujadisme à la Sellière dans le mouvement actuel des médecins, qui semblent en effet plus réclamer une augmentation de salaire qu'une harmonisation de leur temps de travail sur les bases démocratiquement engagées. Ainsi, si les temps de travail sont trop longs, ils ne sont pas un problème de paie, mais de temps de travail.



Cependant, ce n'est pas ce qui ressort dans le discours syndical, et nous savons alors que nous sommes à la veille d'élections : ce discours syndical inclut donc de manière sous-jacente l'idée d'une "mauvaise gauche" qui n'offrirait pas les bonnes opportunités, alors même qu'elle les défend mais d'une manière moins directement capitaliste, et surtout incluant une possible harmonisation des classes sociales. Ce type de manipulations, nous les voyons à l'oeuvre depuis quelques mois, la droite déstabilisée mobilisant toutes les pressions possibles de ses fiefs (police, médecine, nouveaux syndicats enseignants) autour de discours POLITIQUES et non pas sociaux, alors que le but du syndicat ne devrait être autre que celui de défendre ses adhérents (c'est dans les statuts).



C'est de "bonne guerre", certes, la gauche l'ayant fait en son temps, mais lorsqu'on en a conscience, on n'analyse plus tout à fait les choses de la même manière, surtout quand on est dedans. De plus, si vous souhaitez réellement une politique de santé de droite, allez travailler en Angleterre, vous comprendrez votre réelle douleur.



Pour reprendre un petit peu sur les arguments que vous développez, il me semble alors qu'il soit tout à fait normal de rémunérer les astreintes (ce qui a été obtenu), qui sont des actions nécessaires notamment en zone rurale, ou de mieux rémunérer les visites à domicile, dont nous savons surtout qu'elles sont plus coûteuses en temps et particulièrement mal payées. Cependant, l'idée que les médecins, sous prétexte de leur pouvoir social, puissent débloquer en deux semaines une somme autrement plus faramineuse qu'à financer ces (petits, en comparaison des salaires moyens) désavantages, me semble une injustice flagrante et tout à fait disproportionné, alors que des problèmes sociaux et humanitaires beaucoup plus cruciaux touchent actuellement notre pays (un peu) mais surtout le tiers-monde (beaucoup).



Pour continuer, jamais je n'ai lors de ce mouvement entendu de médecin parler, afin de décharger des cabinets qui tournent visiblement trop bien, de politique conséquente d'éducation à la santé. De nombreux diagnostics simples pourraient ainsi être autogérés par des citoyens mieux informés (on apprend aussi à se limiter dans son jugement) avec une dérégulation de toute une frange de médicaments et de plus amples informations sur la prévention et les pathologies.



Simplement, l'attraction pour la médecine n'est pas qu'une cause idéale de soin, mais bel et bien aussi (et parfois surtout) celle d'un postionnement et d'un pouvoir social confortable, permettant de plus de garder le beau rôle en toute circonstance. C'est un petit peut trop, à ce qu'il me semble, au regard de ce que les médecins sont réellement : pas des démons, certes, mais pas des anges gardiens non plus méritant ad hoc le pardon de toute faute professionnelle (arrêt Perruche) et une taxe cultuelle exhorbitante.



Il est alors absolument indécent de demander une augmentation générale des tarifications de consultation alors que l'on connait l'importance des décalages dans les pratiques : payer 18,5 euros pour cinq minutes de boulot me semble bien exagéré, alors que certains homéopathes, par exemple, passent en moyenne plus d'une demi-heure auprès de chaque patient. Pas de paie à l'acte possible, disent certains (c'est pourtan
Lire le reste de ce commentaire...

[ Répondre ]

Re: Droit de grève interdit | (Score: 0)
par: on: Saturday 26 January @ 18:21:17
100 \% des ouvriers et employés précaires voudraient chager de métier.

[ Répondre ]

Re: Droit de grève interdit | (Score: 0)
par: on: Wednesday 30 January @ 05:05:30
Je suis d'accord :)

[ Répondre ]




                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.