Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme : hémoroide
Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Enseignement et réussite académique

Écrit par ToTor le Friday 13 October @ 16:13:09 - version imprimable

DocteurSciencePresse reprend dans cet article une étude de l'UC Irvine College of Medicine assez intéressante.

Cette recherche, publiée dans l'American Journal of Medicine a étudiée si la capacité d'enseigner, recherchée chez des internes et évaluée par des professeurs de faculté, était liée à une ou plusieurs des items suivants :

  • l'avis médical
  • la connaissance générale en médecine
  • les méthodes d'entrevue avec les patients
  • le professionnalisme
La conclusion est intéressante : pas un seul de ces critères, conditionnant pourtant la réussite académique, ne permet de prédire la capacité à enseigner.

(Suite de l'article en cliquant sur « lire la suite »)

Des cas d'internes très didactiques aux mauvaises connaissances ont été rapportés, et inversement d'internes fort brillants mais piètres professeurs.

Cette étude est particulièrement intéressante vu la différence des générations : par exemple actuellement en France les professeurs ont été formés dans les anciennes facultés de médecine, sans subir de numérus clausus ou d'examen ne laissant que ceux ayant les meilleures connaissances académiques.

La « nouvelle génération » est bien plus pointue, scientifique et sélectionnée - les professeurs actuels n'ont pas pour autant de mauvaises connaissances, ils sont justes moins pointus et plus humains.

Alors que l'on se demande quels critères doivent entrer en compte dans la sélection des étudiants en médecine, quelle est la place des humanités, faut-il réintroduire les entretients... il serait bon de tenir compte de ces études, relativisant l'importance du savoir académique, tout comme l'utilisation grandissante des ordinateurs et autres bases de données au savoir qu'aucun humain ne peut égaler.

Faudrait-il donc mieux une tête bien faite qu'une tête bien pleine, que ce tendrait à prouver cette étude ?

Patience, ces internes rejoindront bientôt les membres du corps enseignant de la faculté, et pourront ainsi biaiser la prochaine étude pour affirmer qu'ils sont maintenant de bons professeurs et que les nouveaux critères de sélection ne sont toujours pas bons :-)


Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.