Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme : hémoroide
Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Lorsqu'on hésite, on arrête tout ?

Écrit par Webmestre le Wednesday 15 January @ 19:18:31 - version imprimable

DangerC'est du moins ce qui est en train de se faire aux États-Unis : Après l'annonce par une équipe française du 2e cas de leucémie théoriquement induite par la thérapie génique, la FDA a décidée de suspendre temporairement toutes les expérimentation ; même si personne n'est sur de rien et que l'on ne puisse rien prouver.

La thérapie génique consiste à rajouter un gène faisant défaut directement dans le noyau des cellules, en utilisant comme vecteur pour le déposer un virus. Le risque potentiel évoqué depuis longtemps est donc la cancérisation, car le gène une fois amené est alors rajouté n'importe où dans le génome.

On peut donc mieux comprendre la peur générée par ces 2 cas consécutifs en France, Mais cette application du principe de sécurité semble tout au mieux douteuse : en Angleterre, confrontés à un dilemne identique, scientifiques et médecins ont décidés de continuer les expériences. Pour une raison toute simple : la leucémie chez un enfant se traite à 90% avec succès. Et les 2 cas ont eu lieu chez des enfants souffrant de la maladie dite de « l'enfant bulle », une immunodéficience par contre sans traitement et à 100% mortelle. Un bon calcul semble-t-il. Et en France ? On attend de voir...

Mais la question reste posée : doit-on bannir un traitement potentiellement salvateur pour des enfants atteints de maladies incurables juste car il comporte certains risques attendus ? Même si on ne peut pas prouver formellement qu'il en soit à l'origine ? Même si des traitements efficaces existent ? À vous de répondre...

Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.