Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme : hémoroide
Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Ondes, hôpital et machines

Écrit par ToTor le Monday 23 October @ 23:06:17 - version imprimable

CellulaireBeaucoup d'hôpitaux interdisent l'utilisation de cellulaires ou d'autres appareils émetteurs d'ondes électromagnétiques dans leurs murs.

Mais quel est le substratum scientifique ? Est-ce une légende urbaine ?

Voici un article de pdaMD.com s'intéressant à ce problème d'interférences.

Il y est brièvement rappelé ce qu'est une onde électro magnétique (OÉM), les fréquences concernées : quand une OÉM entre en contact avec un objet métallique, elle induit un courant de même fréquence, principe utilisé dans les antennes pour avoir une communication sans fil.

Il n'y a pas que les cellulaires à émettre des OÉM : télévision, radio, et tout autre équipement de télécommunication crée un bain d'OÉM complexe dans lequel il est dur de retrancher la responsabilité de chacun.

Aux États-Unis, la FDA et la FCC ont étudié le risque d'interférences avec les appareils médicaux, tout particulièrement depuis l'avènement de moyens de télécommunications mobiles pouvant être extrêmement rapproché des appareils médicaux.

L'énergie diminue selon le carré de la distance, mais certains appareils comme les stimulateurs cardiaques sont très sensibles, surtout pour des dispositifs comme des talkie walkie émettant beaucoup d'énergie.

C'est ainsi que la peur du téléphone mobile en hôpital est née, entretenue par une petite entreprise vendant des signes « téléphone cellulaire interdit », renforçant ainsi cette légende urbaine.

En réalité il n'y a aucune interdiction, et s'il y en avait une elle serait techniquement injustifiée...

En effet, selon de nombreuses études du NHS et de Santé Canada : en 1997 en Angleterre seuls 4% de tous les équipements peuvent causer des interférences à 1 m : 45% des équipements étaient sensibles aux dispositifs de communication d'urgence comme les talkie walkie, et seulement 4% étaient sensibles aux téléphones cellulaires.

S'il risque il y a donc, il ne vient pas des cellulaires des médecins ou des patients mais plutôt des talkie walkie des services d'urgences ou du personnel technique de l'hôpital !

Les téléphones d'alors avaient 0.16% de risques d'interférences à 1 mètre. Or comme l'énergie diminue selon le carré de la distance, on imagine que le risque devenait virtuellement nul au delà de 5 mètres.

Santé Canada a donc publiée de nouvelles recommandations (Canadian Medical Association Journal 1996; 154: 373-375) : ce ne sont pas aux téléphones cellulaires d'être interdits dans les hôpitaux, mais aux 0,16% d'équipements médicaux mal conçus et trop sensibles ne supportant pas un téléphone cellulaire à 1 mètre !

Une série d'études commandées par la FDA, la FCC et Abbot à l'Université de l'Oklahoma ont conclut que pour résoudre le problème, certes les téléphones cellulaires et autres produits grand public devaient être mieux testés, mais surtout tous les appareils et dispositifs médicaux devaient être blindés.

Résultat : seulement 0,6% des dispositifs médicaux sont sensibles actuellement, et ce uniquement à une distance inférieure à 15 centimètres.

Donc si on vous dit que vous devez débrancher votre cellulaire la prochaine fois que vous vous approchez d'un service d'urgences, donnez une copie de cet article pour propager l'information et interrogez la personne sur l'état du matériel des urgences.

« Si vos dispositifs médicaux sont blindés, il n'y a aucun risque car je ne vais pas approcher mon téléphone à 15 centimètre du matériel. S'ils ne sont pas blindés, ils sont illégaux et je pourrais faire un procès à cet hôpital... »

Les français se contenteront pour leur part d'obéir aux ordres aveuglément, puisque l'usage d'un cellulaire est interdit par la circulaire du 9 octobre 1995, émanant de la direction des hôpitaux : « Un téléphone mobile, comme tout appareil utilisant des fréquences radio, peut provoquer des interférences sur d'autres équipements électroniques insuffisamment protégés. »

La preuve scientifique et le blindage, ils ne connaissent pas - c'est amusant car alors même que des effets néfastes sur la santé sont scientifiquement appuyés la France refuse de les reconnaître !

Peut être que les hauts fonctionnaires sont plus intéressés par la santé des machines que celle des humains ?


Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.