Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme : hémoroide
Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

L'Agmed réagit aux risques de la phénylpropanolamine

Écrit par ToTor le Saturday 25 November @ 03:59:00 - version imprimable

FranceVoici enfin le communiqué de l'Agmed à propos des dangers de la phénylpropanolamine.

Comme indiqué dans cet article de la semaine dernière on attendait sa prise de position après les communiqués simultanés de la FDA et de Santé Canada.

« La phénylpropanolamine est un agent sympathomimétique vasoconstricteur indiqué en France pour ses propriétés " décongestionnantes " des voies aériennes supérieures. Elle est présente dans une vingtaine de spécialités pharmaceutiques, disponibles en pharmacie, sans prescription médicale.

La décision américaine a été prise au vu des résultats d’une étude de type cas/témoins à paraître dans le New England Journal of Medicine du 21 décembre 2000 (disponible sur le site internet du journal), suggérant que la phénylpropanolamine pourrait augmenter le risque d’hémorragie cérébrale chez les femmes, notamment lorsqu’elle est utilisée comme coupe-faim. »

L'action est néanmoins beaucoup plus discrète et moins forte qu'outre atlantique : aucun produit n'a été retiré du marché, l'Afssaps se contentant de dire que :

  • les posologies recommandées ne doivent pas être dépassées,
  • la durée de traitement ne doit pas excéder 5 jours,
  • la phénylpylpropanolamine ne doit pas être administrée en cas :
    • d’hypertension artérielle sévère ou mal équilibrée,
    • d’antécédents de convulsions,
    • d’insuffisance coronarienne,
    • de traitement par antidépresseurs IMAO (iproniazide, toloxatone, moclobémide)
    Par ailleurs, le traitement doit être interrompu en cas de palpitations, d’apparition ou de majoration de céphalées.
Il n'y a pas à dire - en Europe les patients doivent être plus robustes qu'en Amérique où la PPA est jugée à rapport bénéfice/risque négatif.

Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.