Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES
Anonyme : hemoroides


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Les États-Unis protègent les informations médicales

Écrit par ToTor le Friday 22 December @ 16:56:12 - version imprimable

États-UnisComme raconté dans cet article de MindWire et cet article du Quotidien du Médecin, les États-Unis viennent par le biais du Département de la Santé et des Services Humains de décréter que les informations médicales doivent être gardées secrètes.

Par exemple, les patients doivent autoriser tout usage non-médical d'informations contenues dans leur dossier, les employeurs et les assurances n'auront pas droit à accéder à toutes les informations du dossier, des peines de prison et de lourdes amendes sont prévues au responsable de toute « fuite », etc.

La situation devient très proche de la France, avec des meilleurs côtés comme la liberté d'expression qui permet toujours de parler librement de la maladie de quelqu'un, mais aussi les mauvais, comme la possibilité pour le gouvernement d'accéder au dossier médical pour des raisons de recherche, de santé publique... mais surtout pour des nécessités légales.

En France, le secret médical n'autorise pas le gouvernement à piocher dans le dossier des patients pour y chercher par exemple des preuves de culpabilité, et la jurisprudence veut même que toute preuve obtenue ainsi illégalement n'ait pas de valeur dans le procès.

Mais lorsqu'on voit d'autres aspects des lois françaises, abusés pour cacher par exemple le cancer de la prostate d'un certain président, on se rend compte que l'on n'est pas mieux lotti.

Au mois, pour les présidentielle en France tout ne se décide pas en Floride ;-)


Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.