Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES
Anonyme : hemoroides


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Élections à l'ICANN

Écrit par ToTor le Friday 01 September @ 21:48:05 - version imprimable

AccidentCet article devrait normalement figurer sur iMedecin.net, puisqu'il parle d'informatique, mais la mise à jour des serveurs n'est pas finie. iMedecin.net devrait être de retour d'ici demain.

Voici donc divers courriels reçus, tous à propos des élections de l'ICANN.

  • Le premier message est un message de soutient qu'ont reçu tous les candidats français « non académiques ». Il paraît que l'Afnic a aussi envoyé des courriels aux possesseurs de domaines .fr pour les inviter à s'exprimer lors de l'échéance électorale.

    Par rapport au support médiatique dont les candidats allemands ont bénéficié c'est une misère. Enfin, au moins l'Afnic essaye de faire quelque chose, c'est l'intention qui compte. (NB : gouvernance-internet.com.fr, le site de soutient, n'est même pas leur oeuvre, mais celle de bénévoles)

    Je m'interroge toutefois sur l'intention, puisque les biographies des « candidats officiels », dispensés donc du vote de soutenance, sont depuis fort longtemps sur le site, et que celles des candidats volontaires, n'y sera au mieux que quelques jours avant la fin des votes de soutenance.

    La préférence de traitement accordée aux candidats académiques français permet d'être sûr que pas un seul candidat libre français ne sera au prochain tour. Ne pas être personellement candidat au prochain tour, ce n'est pas si important, mais qu'il n'y ait aucun candidat français non académique, ça me gêne vraiement. Messieurs, je ne vous dis pas bravo.

    Enfin, laissons ce tour se terminer honnêtement, et si effectivement aucun candidat français non aligné n'est présent, j'appelerai ceux qui m'ont fait confiance à reporter leur voix sur le candidat allemand, qui semble connaître les logiciels libres et le mieux placé pour défendre les intérêts des petits (même s'il a affirmé que son programme ne serait connu que s'il était élu), pour faire barrage aux candidats français, représentants des intérêts de l'état ou issus de multinationales.

    (Suite en cliquant sur « Donner votre avis »)


    > Gouvernance-Internet.com.fr lance en juillet a l'initiative de l'AFNIC
    > afin de faire connaitre aux internautes français les elections de
    > l'ICANN et de les sensibiliser a leurs enjeux.

    C'est un peu en tard. Il ne reste qu'une semaine. On peut dores et déjà dire que l'on a tous perdu grace à « l'excellent » et au « prompt » soutient de l'Afnic.

    > Aujourd'hui l'objectif est de continuer a informer ces internautes, mais
    > surtout ceux d'entre eux qui se sont inscrits et ont valide leur code
    > PIN. La periode de "soutien" aux candidats spontanes ayant ete prolongee
    > jusqu'au 8 septembre, nous souhaiterions publier des lundi prochain des
    > "interviews" de chacun d'entre vous, et communiquer sur ces interviews

    Il leur restera moins d'une semaine pour voter notre soutenance. Soit environ 5% du temps total pendant lequel ils pouvaient voter pour la soutenance des candidats non académiques.

    C'est un peu bref, non ?

    > aupres des journalistes en relation avec l'AFNIC. De cette maniere, nous
    > esperons pouvoir toucher les electeurs français (ou membre at-large) qui
    > n'auraient pas encore vote.

    Il **faut** de toute urgence une campagne de presse pour mettre au courant les internautes français, et demander aux journaliste de parler de cet évènement. Cf outre rhin !!!

    Sans celà, il n'y aura aucun candidat français non académique au prochain tour.

    > D'une maniere generale, cette action peut aussi etre pour vous une
    > occasion de faire passer aux internautes un message qui perdurera dans
    > le temps, car ces "interviews" seront archivees sur notre site.

    Merci, on a perdu, mais on lègue un message à la postérité...


    Le second message parle de l'organisation des candidats français, en train de démarrer.

    Personellement je ne suis pas pour voir à tout prix un français élu comme le suggère pourtant le message, et serait plutôt partisan d'un candidat non aligné, de n'importe quel pays qu'il vienne.

    Madame, Messieurs,

    ce mail est adressé aux candidats @large français, copie au candidat nommé par l'ICANN et aux principaux acteurs du NIC France. Son but est de palier la manque de liste de diffusion de même type que celles auxquelles je participe avec nos amis allemands pour l'Europe ou aux Etats Unis.

    Je crois en effet que certains enseignements et certains points d'action sont à retirer de ces listes, pour ceux d'entre nous dont la candidature s'inscrit dans un intérêt permanent de la gestion d'Internet.

    Le premier enseignement est la connaissance mutuelle qui se développe entre les candidats et le travail d'approfondissement personnel des sujets traités. Ces sujets vont bien entendu des devoirs et de l'étendue de compétences de l'ICANN, l'opacité préoccupante de sa gestion, le défraiement des administrateurs et les risques financiers personnels qu'ils encourent pour tenu financièrement responsables des décisions prises devant la loi américaine, la modification des doits de l'homme pour un article sur la formation, la liberté d'accès et la protection des droits dans le cadre des moyens électroniques, le plan d'adressage IP, la compétence en matière de résolution des conflits, la nature technique et juridique d'Internet, les noms de domaine et la résolution parfois absurde ou tyrannique des conflits, l'illégalité de la solution mise en place (URDP), les contraintes imposées à l'innovation par la structure actuelle, la nature de l'a-root et du "public TLD set" de Jon Postel, le gouvernement mondial et sa constitution, les droits des minorités, l'oppression des incompétences, les structures internationales, l'évolution du DNS, le coup de force de NSI, la loi anti-spamming de Californie, etc... etc.. Il en résulte un niveau moyen de compétence, de synthèse et d'ouverture d'esprit quant à la gestion de l'Internet supérieur à ce que nous avons l'habitude d'entendre en France.

    Le second enseignement est que se dégagent quelques figures marquantes tant pour leur charisme que pour l'ampleur de leur vision des choses. Ces personnes sont très diverses, mais aucune n'est Française.

    Le troisième est l'importance de la presse aux USA et en Allemagne (je ne suis pas les élections au Japon ou en Chine).

    Le quatrième est une absence totale de conceptualisation de l'Internet conduisant aux rêves et visions les plus diverses et analytiquement les plus confuses. Ceci donne la possibilité - avec un travail de longue haleine - de proposer et faire passer nombre de propositions de consensus basées sur une bonne perception l'"irréalité profonde de l'internet" qui peut nous être plus familière (Minitel, concepts politiques).

    La cinquième est l'absence des grands acteurs. Il est certain que les pseudo-élections @large sont à la limite du folklore, mais le nombre (anormalement réparti, potentiellement gonflé par certains lobbies et bien mal géré) des votants parait transformer ce qui n'était qu'une manoeuvre politico-légale en une opération bien plus complexe.

    Enfin, il s'affirme peu à peu - très partiellement à mon initiative - un souci de transformation de ces candidats nombreux (200) en une sorte de pouvoir de contrôle (qui manque si l'ICANN veut s'affirmer comme une gouvernance) ou de rencontre et de recherche de consensus si le schéma actuel est préservé. Nous sommes deux à avoir le même jour créé (sur le même ordinateur!) une liste de diffusion réunissant tous les candidats. J'ai laissé l'autre liste (icann-candidates@egroups.com) se développer en appuyant pour qu'elle ne reste ouverte qu'aux candidats (ce qui n'est sans doute plus le cas). J'observe la situation et reçois conseils, réactions et soutiens pour un ensemble plus complexe nommé "i-parliament/I-parlement" club, comprenant une liste de diffusion permanente ouverte à tous les candidats du monde et aux membres des groupes constituant la gouvernance internet, des sites permanents (anglais, français), un secrétariat établi sous forme d'association 1901, de listes de diffusion presse et d'une méthode de travail pour la compilation et la publication de documents multi-positions sur les sujets d'intérêt communs (j'ai déjà suscité il y a 15 ans un tel club entre PTTs européennes pour les liaisons packet internationales et un autre entre opérateurs d'extrème-orient).

    1) je suis intéressé par vos commentaires et suggestions

    2) je suis intéressé à connaître ceux d'entre-vous qui voudraient poursuivre leur implication après ces élections.

    3) il est certain qu'aucun candidat français n'a de chance d'être sélectionné : mais cela ne nous empêche pas d'avoir une certaine action immédiate et à moyen terme.

    - je propose donc à ceux qui le voudraient de nous rencontrer pour un déjeuner à Paris ce Samedi. Si quelqu'un a un restaurant central sympa à suggérer?

    - je propose que nous envisagions une conférence de presse commune en début de semaine, notre union créant peut-être un micro-scoop de nature à faire venir quelques journalistes. Le but étant de montrer que la France est aussi dans le coup de l'intérêt des "@large", sinon nous pourrons toujours rappeler l'expérience Minitel. Même si nous avons beaucoup à apporter, l'on nous traitera gentiment d'anciens combattants ou de "has been". Nous pouvons aussi de cette façon nous constituer une certaine image de groupe qui sera utile à nos successeurs.

    - notre seule chance d'avoir un Français à l'ICANN est de soutenir Olivier Muron. Je ne le connais pas. Je le copie de ce mail. Il serait bon d'en discuter et de bâtir une stratégie de relations en sa faveur. Le but n'est pas que la France - en soi - soit représentée, mais que l'expérience Européenne qui a été largement menée par la France (Cyclades, INRIA, Tymnet Europe, Minitel) en son temps ne soit pas oubliée car elle est utile à tous. Il convient aussi qu'une vision plus rationnelle et faisant acception des pays en voie de développement et des relations nord-sud soit sinon présente à Marina del Rey, du moins soutenue auprès du "Directeur" Européen. Enfin il est possible que la sélection du Directeur européen issu de ces non-élections ne soit pas Allemand par principe en raison de leur sur représentation et du candidat en tête, le roi des hackers, président du Chaos Club.

    Je vous remercie de votre attention et reste dans l'attente de vous lire. Cordialement

  • Le troisième et dernier message est une entrevue réalisée pour le site gouvernance-internet.com.fr, où faute de soutient durant les élections on peut au moins laisser un mot à la postérité...

    > 1) Que represente pour vous le fait de participer a ces elections en
    > tant que candidat?

    Ce fut une décision lourde à prendre. J'ai agit ainsi car je ne me reconnaissais dans aucun des candidats officiels.

    Énarques, représentants de France Télécom, de TotalFinaElf... il n'y a que des candidats issus de structures géantes et qui a n'en pas douter ne favoriseront à leur tour que les puissants.

    J'aurais voulu donner ma voix à un candidat pensent aux petits : aux petites entreprises, aux internautes normaux, aux utilisateurs finaux... à monsieur tout le monde quoi !

    Pas un représentant du pouvoir, de la grande industrie ou des élites !

    > 2) Que pensez-vous pouvoir apporter a l'ICANN en siegeant parmi ses
    > directeurs? Quels sont selon vous les atouts de votre parcours personnel
    > qui militent en faveur de votre election?

    J'espère oeuvrer pour tous les internautes ; j'ai un projet un peu ridicule peut être : que toute personne physique, association ou petite entreprise puisse avoir gratuitement ou à très bas prix (< 15 euro) un nom de domaine de premier niveau dans son pays.

    Ça veut dire que toute personne puisse avoir une adresse de site internet de la forme http://www.machinchose.truc - ça ne coûte strictement rien si c'est fait dans un domaine national, comme sur .fr .de ou .dk : les coûts sont décidés par les « NICs » nationnaux ; j'aimerais au sein de l'icann trouver un moyen de les forcer à offrir à ceux qui ne peuvent pas l'obtenir, que ce soit légalement (en France aucun individu ne peut prétendre en un domaine de premier niveau .fr) ou financièrement (un .tm.fr coûte par exemple près de 2 000F).

    Offrons aux citoyens un moyen de créer leur présence sur internet : c'est juste un enregistrement dans un fichier informatique, ça ne coûte presque rien, et alors que les domaines internationaux en .com .net ou .org se négocient autour de 12 euro, pour un domaine nationnal .fr .de .dk (...) le prix se chiffre en centaines d'euro !

    Pourtant actuellement un manque voulu et programmé de domaines existe.

    Mon autre projet : militer pour la création d'une loi sur la juridiction sur internet : que les différents soit réglés selon la loi du pays où le site est établi, et non selon la loi du pays d'où provient l'internaute qui vient consulter le site.

    Ce que ça voudrait dire : si sur un site .fr un contenu est illégal en France, l'auteur du site est coupable ; de même par exemple pour un site .cn en Chine ou .dk au Danemark. Par contre si sur un site .de .cn .dk ou .com (USA principalement) le contenu est illégal en France, il n'y a pas de culpabilité.

    C'est à l'internaute français d'être assez adulte pour ne pas accéder à cette information si elle est illégale chez lui, et non du devoir du gouvernement, de la justice ou de quelque autre instance d'empêcher celà et donc de censurer, contrairement à ce qui se passe dans des pays comme la Chine, l'Arabie Saoudite ou l'Iran.

    Sinon, la loi du pays le plus dur sera le plus petit dénominateur commun, et d'internet espace de liberté on arrivera à un internet big brother.

    Et pourtant avec le procès Yahoo, la France va rejoindre le triste club des pays voulant limiter la liberté d'expression sur le réseau.

    L'internet est un média mondial, et si on décide que la loi du pays où l'information est visualisée s'applique, on se retrouvera avec des procès de Chinois ou d'Afghans contre des sites Français ou Européens osant critiquer le gouvernement chinois ou montrer des femmes non voilées.

    C'est la loi du pays le plus strict qui à la fin s'appliquera, alors que ce devrait être la loi du pays concerné, ou uniquement les lois communes entre les deux pays.

    Mon parcours personnel m'aide je crois à faire la part des choses : les logiciels libres, GNU/Linux. J'y consacre énormément de temps et bénévolement. J'ai participé à de nombreux projets libre ; je suis présentement à la tête du Linux Documentation Project qui met gratuitement des documents (HOWTOs) et des livres électroniques (Guides) à disposition des utilisateurs de linux.

    Mais bon, j'aimes pas parler de moi, j'invites ceux qui veulent en savoir plus à consulter n'importe quel moteur de recherche pour voir ce que j'ai fait

    J'ai croisé pas mal de personnes de différentes ethnies et coûtumes, et ça ma appris que nul ne peut prétendre juger un autre selon ses propres valeurs.

    Sinon on retourne au temps des Grecs, où tout ce qui n'était pas de leur culture était considéré comme barbare !

    > 3) Comment pensez-vous concretement representer les interets des
    > utilisateurs? Quels sont selon vous ces interets et quels dangers
    > eventuels pourrait les menacer ?

    Le danger : les fameux « complexe militaro industriel » et les « marchands du temple ».

    Les uns veulent fliquer internet, considèrent les fournisseurs d'accès comme une association de malfaiteurs et les internautes comme des délinquants en puissance. Leurs armes ? Les lois obligeant l'identification des maîtres toile et des internautes, obligeant à remettre les clefs cryptographiques à un « tiers de confiance », mettant en route des projets d'espionnage comme Echelon...

    Les autres veulent tout vendre, que ce soit de l'information, mais aussi le libre accès à internet. Leurs armes : l'argent et les lobbys auprès de nos « représentants » politiques, qui ne représentent pas grand chose excepté peut être leurs propres intérêts.

    À tout prix, il veulent empêcher « l'égalité de visibilité » : que ce soit Toto ou Grande entreprise qui crée unsiteinternet.com, la visibilité et l'accès sont les mêmes, c'est fondamentalement différent des médias traditionnels où seuls une poignée peut s'exprimer à tous. Imaginez l'ampleur de campagnes de protestations : tout le monde peut avoir l'information !

    Ça effraye certains qui préfèreraient rester aux commandes, garder le contrôle..

    Le modèle internet, où tous peuvent s'exprimer à tous, c'est une avancée vers la noosphère pour ceux qui connaissent les célèbres théories d'un non moins célèbre moine dominicain ayant en quelque sorte prévu le phénomène internet il y a des centaines d'années de celà !

    Mais je crois hélas que le projet ultime des ennemis nés d'internet est de transformer ce formidable espace virtuel de liberté et de création en un bête minitel en couleur, où l'information n'est produite que par certains, et où un contrôle central fait le superflic.

    Les moyens de protéger les utilisateur : protéger légalement l'anonymat, empêcher les marques de commerce de prétendre expulser les peits utilisateurs de leur sites aux consonnances trop proches...

    Si un français nommé Marcel Johnny veut le site http://www.johnny.com pour y mettre son contenu personnel, je ne veux pas qu'un Johnny Halliday ou que les Entreprises Jonny&co; Inc, puisse venir et prétendre le déloger juste parce qu'ils pensent être plus important qu'un particulier. Tous les êtres humains ont la même valeur que diable !

    Pour les domaines, premier arrivé, premier servi : il y a largement assez de domaines (et bientôt encore des nouveaux) pour trouver son bonheur ailleurs !

    > 4) Quels sont selon vous les questions que l'ICANN devrait pouvoir
    > resoudre en priorite? Avez-vous un programme d' action a suggerer a vos
    > futurs collegues?

    Créer un maximum de nouveaux domaines, ainsi que des espaces réservés aux non commerciaux, où aucunes des lois de propriété intellectuelle ne pourrait s'appliquer.

    Par exemple Samba.gnu pour le logiciel libre Samba dont le nom est déposé en Allemagne et qui y connait des problèmes légaux, ou MacDonald.protest pour ceux qui veulent créer un site pour protester contre Mc Donald sans que ce dernier ne puisse les attaquer pour utilisation illégale de sa marque. (oui je dois l'avouer je ne suis pas un fervent partisan de la mondialisation)

    Que l'on crée un domaine .tm où seules les grandes marques seront pour qu'elles soient protégées « chez elles », et qu'en échange elles n'embêtent pas les sites sur le domaine .protest ou .perso ... c'est une sorte d'échange d'intérêts : on crée un domaine très protégé, mais on crée en même temps un domaine très libre.

    > 5) Quel role l'ICANN est-elle appelee a jouer selon vous dans l'avenir
    > de l'internet? Comment ameliorer son action ? Pensez-vous que son action
    > doive etre d'ordre plutot technique, politique, juridique...?

    À l'avenir, l'Icann n'a aucun rôle à jouer si elle ne se met pas au niveau des internautes.

    Ce fut et reste encore un peu une organisation hautaine qui a eu un certain « pouvoir » sur internet après des décisions politiques.

    Mais internet, c'est avant tout les utilisateurs qui le font, et non quelques politiques qui essayent de récupérer le mouvement comme dans une manifestation - le réseau s'est jusqu'à maintenant très bien débrouillé sans eux.

    Pour améliorer l'action de l'icann, je vois déjà un moyen très simple : soumettre les domaines nationaux comme .fr aux mêmes règles que les autres domaines (.com .net .org ...)

    Regardons le procès Yahoo actuellement : une poignée d'étudiants appliquant les mêmes méthodes qu'appliquaient ceux qu'ils veulent dénoncer cherche à créer des frontières sur internet, empêcher aux Français d'accéder à un site américain, yahoo.com, et créer un autodafé virtuel où finiraient tous les sites bannis !

    La question d'enchères ou d'objets illégaux en France n'est que secondaire par rapport au problème posé par de telles affaires : qui peut prétendre vouloir limiter la liberté d'expression ?

    En France, on a certes un ersatz de liberté d'expression, avec plein de trous, aux États-Unis la liberté d'expression ressemble un peu moins à du gruyère, et sur internet, la liberté d'expression est pleine et entière.

    Affirmons le caractère fondamentalement différent de ce média, en suivant nos ancètres qui comme Voltaire se déclaraient prêts à mourrir pour que des gens puisse dire ce qui ne lui plaisait pas !

    Internet n'est pas un lieu sans lois : elles doivent s'appliquer, mais différemment. La liberté d'expression doit être la première reconnue, vu que le réseau est impossible à réguler (cf freenet, gnutella...). Pourquoi vouloir aussi restreindre les libertés des internautes s'ils ne le veulent pas ? Le principe de la démocratie n'est il pas de laisser le peuple décider ?

    Pour le droit des marques et la propriété intellectuelle, là encore, internet est différent : protégeons les marques dans des endroits spécifiques et laissons les sites parodiques, contestaires ou personnels des internautes en paix dans un autre endroit.

    Internet est fondamentalement différent du monde physique car il est quasi illimité ! Il y a de la place pour tout le monde.

    De plus, il ne faudrait pas oublier que les lois et les gouvernements doivent oeuvrer pour le peuple et non contre celui-ci : à nous de d'écrire les lois.

    > 6) Pensez-vous qu'un processus "democratique" puisse reellement etre mis
    > en place, sur la duree et pas seulement au moment des elections?

    Non. Si on ne se donne pas les moyens de créer une démocratie directe d'un nouveau type, avec interactions permanantes entres élus et électeurs, non.

    Il faut aussi des mandats très courts.

    > 7) Avez-vous un message particulier a transmettre aux internautes?

    Comportez-vous bien. Éthiquement.

    Et n'échangez vos libertés contre aucune promesse de n'importe quelle sorte.

    Les libertés sont le bien le plus précieux qu'ait l'homme, celui qui lui donne le droit et l'espoir d'entreprendre, la volonté de changer le monde et le pouvoir de le faire.

    Comme disait Benjamin Franklin : celui qui est prêt à vendre ses libertés pour un peu de sécurité ne mérite ni libertés, ni sécurité.


  • Commentaires - Poster commentaire


    Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
    Seuil:Afficher   


    Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                    
    Copyright © thera.info

    Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.