Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES
Anonyme : hemoroides


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Les hommes ne seraient pas les seuls à souffrir du cancer de la prostate...

Contribué par Anonyme le Sunday 18 February @ 21:31:26 - version imprimable

Femme

Cet article d'Healthscout souligne l'implication morale des femmes, et de l'entourage des patients souffrants de cette pathologie.

Actuellement les familles des patients ne sont pas prise en charge psychologiquement.

Il manque aussi une information au patient sur le retentissement du cancer de la prostate sur son espérance de vie, en général très peu modifiée, alors que les patients n'entendent que le mot "CANCER" et se voient déjà morts.

Peut-être que d'ici quelques années des systèmes de soutient à l'entourage et de prise en charge globale, tels qu'ils existent aux États-Unis, verront le jour au pays ?


Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.