Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES
Anonyme : hemoroides


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Vous êtes une femme... allez à la messe !

Écrit par Tattort le Tuesday 27 February @ 01:03:17 - version imprimable

BiduleNon il ne s'agit ni d'une nouvelle tentative de vous faire rentrer dans les ordres, ni d'une quelconque discrimaination vis à vis de votre sexe !

Mais selon une étude rapportée par Healthscout aller à la messe améliorerait la santé... ou du moins sa perception !

Santé et médecine sont deux sujets extrêment liés, comme le rappele la présence de lieux de culte dans l'enceinte des hôpitaux et la forte attendance aux offices religieux par les personnes malades. Outre l'effet placébo, l'importance d'un réconfort mystique ou d'un soulagement moral est important sur le moral du patient, faute d'être crucial sur le pronostic.

Si les malades sont souvent fervents, les médecins ne le sont par contre pas toujours. Les convictions personelles semblent souvent découler de considérations scientifiques et professionelles, liées à l'appréhension de la mort... ce qui entraîne parfois paradoxalement dans l'extrêmisme religieux !

Le juste milieu n'existerait-il pas ? Dans la relation médecine/médecin/malade/mort, la mort reste vécue comme une sanction pour le malade, venant d'un raté de la « science médicale » et d'un échec personnel du médecin. La reconstruction morale qui en provient amène soit un déni de l'aspect mystique ou divin pour affirmer la prépondérance de la science, soit une acceptation de cette terrible fatalité en espérant pour les trépassés un monde meilleur.

Pourtant la situation n'est pas si simple, et si la médecine est avant tout acte de préservation de la vie, elle pêche parfois par manque de reconnaissance des limites humaines : il faut aussi accepter et aider les autres à accepter les échéances, personelles, familliales, ou professioneles lorsque plus rien n'est possible !

Alors la médecine et la religion, je t'aime/moi non plus ? C'est certes plus complexe et dépasse le cadre de cet article !

Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   



Re: Vous êtes une femme... allez à la messe ! | (Score: 0)
par: on: Tuesday 27 February @ 12:26:01
ET DIEU, DANS TOUT ÇA ?

Le médecin ne devrait-il pas se remettre en cause ? Il semble avoir oublié ce fait essentiel, que toute guérison vient de Dieu. La médecine, le médecin, ne sont que des agents de Dieu. Raphaël: Dieu guérit. Les hommes font de leur mieux. Que les médecins renoncent à ce discours matérialiste qui voudrait faire croire que l'homme est, sinon tout de suite, du moins potentiellement, plus tard, tout-puissant. Dieu seul guérit.

[ Répondre ]

Re: Vous êtes une femme... allez à la messe ! | (Score: 0)
par: on: Tuesday 27 February @ 13:40:35
Il n'en reste pas moins vrai que le médecin, en attendant l'au-delà, demeure la réponse à nos bobos quotidiens. Le réconfort moral s'il est nécessaire, et il est vrai souvent ignoré doit s'accompagner du geste qui n'a lui rien de métaphysique.

[ Répondre ]




                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.