Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES
Anonyme : hemoroides


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Paris s'éveille ? Pas encore !

Écrit par ToTor le Monday 05 March @ 20:47:16 - version imprimable

Vive la FranceUn journaliste n'a pas besoin forcément de courrir après le scoop - il lui tombe parfois dessus, brutalement. Dimanche, j'étais ainsi en visite dans la ville lumière, Paris.

Après un séjour bien rempli, vers 16h en route pour l'aéroport, je descend à la station de métro place d'Italie pour aller acheter une casse-croûte.

Sur le chemin de la sortie, je remarques un homme d'une cinquantaine d'années, allongé par terre. 2 hommes sont autour de lui, essayant de lui parler ou de taper légèrement sa jour pour lui faire ouvrir les yeux. En vain. Il s'est effondré et ne bouge plus. Il respire. Il est en "position latérale de sécurité".

Je sors de la station immédiatement pour appeler le fameux service d'urgence accessibles depuis tous les téléphones cellulaires, le 112.

La dernière communication avait été bien particulière et est résumée dans cet article.

Cette fois, ce sont les sapeurs pompiers de Paris qui répondent, et décident de venir après une brève description de la situation.

Ils savent mieux juger des nécessités d'intervention que les standardistes semble-t-il.


10 minutes plus tard, le camion au girophare arrive, et se dirigent vers l'entrée de la station.

Je leur signales que l'appel était de moi et que la personne va visiblement mieux, mais quand même mériterait d'être conduite à l'hôpital pour un examen médical.

Là, un agent de la RATP, organisation gérant le métro parisien, m'interpelle.

"C'est vous qui avez appelé le 112 ?"

"Oui, cet homme faisait un malaise."

"Mais c'est un clochard. C'est un habitué, regardez-le, il sent l'alcool en plus. Il faudrait qu'il arrête la piccole"

"Monsieur, on ne peut jamais être sur. C'est peut être un coma éthylique ou bien plus grave, dans le doute, il faut prévenir les secours médicaux"

"Non. Nous on est habitué, et pour les gens comme lui, on n'appele jamais tout de suite. On attend que ce soit vraiement nécessaire".

Il m'est difficile de vous expliquer la sensation de haine qui me traversa en cet instant.

"Selon que vous soyez puissant ou misérable" n'aura jamais eu plus de sens pour moi. Si vous être visiblement pauvre, si vôtre apparence ou vôtre vécu jouent contre vous, surtout sortez du métro avant de faire un malaise ! Sans domiciles, surtout veillez à acheter une costume cravate avant de venir à Paris si vôtre santé laisse à désirer !

Dans le métro la politique officieuse semble être d'attendre que la situation soit désespérée avant d'appeler de l'aide. Un homme qui s'effondre, c'est grave, sauf si c'est un vagabond.

Là on peut le pousser sur le côté - et oui voyez-vous, il gène la circulation des honnêtes voyageurs voulant poinçonner leur titre de transport. C'est une sorte de déchet de l'humanité donc, une poubelle qu'il est bon de déplacer lorsque son apparence ou son odeur indispose.

New-York n'est pas une ville tranquille ou facile poru les sans abris. Pourtant dans le métro new-yorkais, il y a marqué partout en plusieurs languages "Si vous faites un malaise, addressez-vous immédiatement au personnel. Ne sortez pas ou n'actionnez pas l'arrêt d'urgence, celà ne ferait que retarder les secours. On ne vous laissera de toute façon jamais seul". Ce n'est pas qu'une manoeuvre de compassion : c'est surtout un acte de prudence pour éviter tout procès étatsunien, prompt à transformer un sans logis en nouveau Rotschild au "détriment" de la compagnie de transports publics.

Une telle phrase n'est visiblement pas faite pour Paris. Ici ce serait plutôt "tant que vous le pouvez, sortez, sinon on vous poussera dans un coin. de toutes façon nous n'appelerons pas les secours".

J'ose croire encore en un monde de compassion, ou l'être humain se soucie de son prochain. Paris, la ville lumière, ne s'est pas encore éveillée à cette conscience d'autrui.

On a beau faire de regretter après acte - de tels propos aurait dû entraîner une réaction. Si je m'étais saisi du dictaphone dans ma poche droite et de l'appareil photo que je portes toujours en bandoullière, j'aurais pu leur faire mauvaise presse, qui faute de leur apprendre la compassion les aurait peut-être une fois prochaine fait agir par la peur d'une sanction.

Je ne l'ai pas fait. En ça je suis moi même complice de leur négligence si demain, au même endroit, une personne que le destin à jetté dans la rue devait y finir sa vie faute de soins médicaux prodigués à temps.

Que faire excepté écrire et partager cette triste expérience pour encourager une prise en charge différente de ceux qui ne sont pas nantis comme nous, nantis d'un logement, nantis d'un travail, nantis d'un salaire et nantis d'un repas abondant toujours présent ?

Non vraiement rien n'est posssible. Le serment d'hypo... crite, la médecine à 2 vitesses, on ne peut le réaliser que lorsqu'on le voit de ses yeux.

Certains disaient qu'ils soignaient tous leurs patients, même les plus démunis, comme des rois. Cette louable intention ne se réalise pourtant pas si les services de secours et les personnels non médicaux pensent qu'il est normal qu'une personne sans domicile sentant l'alcool chute brusquement, sans plus bouger ni parler.

Eux y voient l'effet de l'alcool. Nous y voyons beaucoup d'autres maladies possibles - l'acido-cétose du diabétique peut facilement se confondre avec ces symptomes. Eux ne jugent pas "ces" patients digne de la médecine. Nous sommes forcés de subir le résultat de leurs choix, sauf à aller chercher nous même les patients sur le terrain - n'est-ce d'ailleurs pas là l'objectif du samu ?

Sur le chemin de l'aéroport, après ce triste intermède, j'ai vu un jouet d'enfant tombé entre les rames du métro. Sale, mal placé, ignoré de tous, dénuet d'utilité maintenant, il n'intéresse plus personne.

Il m'a immédiatement rappelé ce pauvre homme de la station porte d'Italie.

Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   



Re: Paris s'éveille ? Pas encore ! | (Score: 0)
par: on: Tuesday 06 March @ 14:58:18
Cette réaction est tout simplement consternante, et je suis tout particulèrement indigné.

Relayez dans des medias plus diffusés cette info.(Et les élections approchent; d'ailleurs, ce thème c'est fait très discret durant la campagne).



Outre le fait de ne pas se précocuper de personnes médicalement souffrante, le secouriste a de toute façon une certaine obligation, me semble-t-il lorsqu'un tel fait arrive.

Question: Est-ce que le secouriste en cause était sous ce serment (hypo...)?

De plus, cette attitude se rapproche à une ségrégation entre les personnes qui ont une existance facile et celle qui sont dans la réelle difficulté, ce qui est tout à fait répréhensible.

[ Répondre ]

Re: Paris s'éveille ? Pas encore ! | (Score: 0)
par: on: Tuesday 06 March @ 19:08:40
Impossible de savoir si un des secouristes était médecin. Mais oui, c'est consternant. Relayer l'affaire dans les médias ? Nul doute que ça n'ira pas bien loin. Tout le monde se fiche de ce type de gens malheureusement.

[ Répondre ]

Re: Paris s'éveille ? Pas encore ! | (Score: 0)
par: on: Wednesday 07 March @ 18:15:51
En faite cette situation est déplorable mais je crois qu'il faut comprendre l'agacement des gens de la RATP ou des secours publiques. Les pichs c'est à dire les clochards qui sont en état d'ivresse avancées représentent jusqu'à 70\% des interventions de secours sur la voie publique. Au bout d'un moment ça fini par être un peu démotivant.

Ce qui est encore plus démotivant c'est quand vous devez ramasser la même personne plusieurs fois par semaine, et qu'à chaque fois elle vous vomit dessus...



Au début on est emplit de bonnes intentions, fort de ce fameux article sur le devoir d'assistance à personne en danger. D'ailleurs généralement on en vient même à privilégier la thèse du grand danger plutôt que de ce dire c'est un alcoolique qui cuve son vin. C'est nettement plus héroïque.



Lorsqu'on est confronté à la dure réalité du secourisme au quotidien on fini vite par comprendre qu'il vaut mieux temporiser. Je pense que c'est ce que cette personne de la RATP a voulu faire.

Je suis désolé que cela ai choqué le journaliste, mais bon, le secourisme ce n'est pas QUE des bons sentiments.



RF

ancien secouriste auprés du SAMU

[ Répondre ]




                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.