Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme : panari
Anonyme : impédigo
Anonyme : sistite
Anonyme : sistite
Anonyme : viagra pour femme
Anonyme : impédigo
Anonyme : REDASAN
Anonyme : sistite
Anonyme : redansan
Anonyme : redasan
Anonyme : panari
Anonyme : HEMOROIDES
Anonyme : impedigo
Anonyme : impédigo
Anonyme : panari


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Caresser le journaliste dans le sens du poil

Écrit par ToTor le Saturday 24 March @ 02:55:32 - version imprimable

Argent Il est deux activités dans lesquelles l'industrie pharmaceutique excelle : la flatterie et le marketting.

Nous avons ainsi appris sur les lieux même du Medec que les laboratoires Pfizer organisaient une conférence de presse sur le Celebrex. Voici un évènement à même de conjuger parfaitement ces 2 activités.

Et nous n'avons d'ailleurs pas été déçus par une singulière coincidence. Rendez-vous compte : une semaine après avoit été épinglé par les journaux (notamment en une pleine page dans libération) pour la politique de soldes à l'hôpital et l'absence d'intérêt en santé publique des inhibiteurs selectifs de la cyclo-oxygénase, le laboratoire vient justement parler aux journalistes. Et de conférence de presse, l'évènement se transforme plutôt en diner-gala.


Sur place a été dépêchée certainement à grand frais une équipe multidisciplinaire de professeurs pour parler de l'énorme avancée représentée par cette nouvelle classe pharmacologique.

Entre quelques bouchées de saumon et quelques gorgées de Bordeaux, les membres de la presse acquiécent - ne soyons pas mauvaises langues, nous avons nous même acquiécé aux faits parfaitement présentés et documentés, et profités de cet excellent repas certainement horriblement cher car préparé au Concorde-Lafayette...

Par contre, et c'est étonnant, l'action cellulaire, la physio-pathologie de la cyclo-oxygénase, les études de population pour prouver la réduction d'incidence d'ulcère, mais rien sur la politique de soldes du laboratoire

Revenons en arrière et expliquons : ce qui s'appelerait "vente à perte" et "concurrence déloyale" dans d'autres branches se nomme souvent "agrément aux collectivités" dans le domaine de la santé.

L'astuce consiste à donner à des prix quasi nuls (la gratuité est interdite) des médicaments plutôt chers aux hôpitaux, ces vivriers de médecins renommés, dans l'espoir que le petit médecin de ville n'osera pas changer la prescription du grand ponte.

Quasi gratuite à l'hôpital, la facture élevée est ensuite réglée par la sécurité sociale lorsque le patient n'est plus hospitalisé. Tout bénéfice pour tout le monde... sauf pour la santé publique et la sécurité sociale.

Pas un mot non plus sur l'absence de bénéfice documentés sur la prescription à l'échelle d'une population de ce nouveau médicament, bien plus cher que les anti-inflammatoires traditionnels mais évitant quelques ulcères.

Visiblement, être cost-effective n'est pas dans la politique de la maison.

Lorsque nous les interrogeons à deux reprises sur ce sujet, relayés ensuite par une confrère de la presse papier, nous ne pouvons que constater que l'art politique de ne pas répondre aux questions posées leur est aussi très familier. La traditionelle scéance de questions-réponses post prandiale, n'aura réussi qu'à déclancher l'ire du gastro-entérologue et du rhumatologue. Aucune réponse, rien, niet. Black-out total.

Pourquoi nous autres, simples représentants de la presse, nous intéressons à des faits aussi secondaires et si éloignés des magnifiques présentations scientifiques, nous demandera en des mots à peine voilés un des conférenciers !

Nous ne lui avons pas répondu. Nous nous sommes contentés ensuite de parler entre nous. La pratique de la langue de bois et de la flatterie est loin d'être morte dans l'industrie pharmaceutique. Il ne fait pas bon poser des questions qui fâchent.

Peut-être même la prochaine fois ne serons-nous pas admis à la conférence de presse ?

Ce n'est pas bien grave. Le luxe de l'évênement n'est pas une excuse pour faire de la presse de complaisance, fait parfaitement dénoncé par l'excellent film "Presque célèbres" ("Almost Famous").

La presse est là pour dire la vérité, pour aussi dure qu'elle soit pour ceux qui la flattent. Si elle ne le fait pas, elle ne devient qu'une grande organisation de complaisance et de services prêtés et rendus. Certains journaux sont déjà de parfaits modèles de sociétés de passage de crème dans le dos, particulièrement dans le domaine de l'informatique.

En celà ils trahissent leurs lecteurs qui ne seront pas dupes très longtemps.

Plutôt que de faire du mauvais commercial, les laboratoires gagneraient à insister sur les aspects vraiement intéressants de leurs médicaments.

Par exemple, l'intérêt du Celebrex dans la prévention de la polypose adénomateuse familiale.

Le médicament dispose entr'autres de cette indication aux États-Unis : par une simple prise il réduit la progression cancéreuse de la maladie, et expliquerait même les effects des anti-inflammatoires sur la prévention du cancer colique.


Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.