Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES
Anonyme : hemoroides


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Pyrrhus en Afrique du Sud

Écrit par ToTor le Tuesday 24 April @ 22:49:45 - version imprimable

ArgentPour commencer, 3 oui :

Oui la victoire légale en Afrique du Sud est une bonne chose, oui comme signalé précédemment elle ne va pas se traduire par de grands progrès sur le terrain, et oui une autre voie est possible et est d'ailleurs suivie avec succès par d'autres pays.

Déplacer un problème de santé publique dans les tribunaux n'est pas la meilleure des stratégies - les organisations sud africaines le reconnaissent elles mêmes, c'est au mieux une victoire à la Pyrrhus.


En fait, il faut se tourner vers les solutions alternatives développées au Brésil et en Inde pour comprendre pourquoi la stratégie sud-africaine est perdante.

Vous le savez-déjà, il existe d'autres possibilités pour éviter qu'un gouvernement n'ait à se justifier devant ses propres tribunaux contre les accusations de sociétés étrangères alors que des millions de ses citoyens sont en train de mourrir de maladies dont le pronostic ou tout au moins la survie pourrait être modifiée.

La plus simple, appliquée avec succès au Brésil, consiste en un liberté entreprise totale : arguant de la situation de crise (clause d'ailleurs inscrite dans les accords internationaux de propriété intellectuelle et de commerce pour les médicaments), le gouvernement laisse développer des médicaments génériques strictement identiques aux spécialités vendues plus cher par les grands laboratoires.

L'autre est d'exploiter des lois locales, comme en Inde, où un procédé de fabrication différent ou une molécule à peine différente suffit pour prétendre au statut de nouvelle création et donc d'échapper aux droits d'auteurs sur les médicaments.

Dans tous les cas, il faut dépasser l'aspect purement financier du problème des médicaments au tiers monde - ces derniers sont largement amortis dans nos contrées, suffisamment du moins pour permettre aux industries pharmaceutiques de dégager des milliards de bénéfices chaque année.

Gagner de l'argent n'est pas mal ou mauvais. Mais prétendre que les coûts de développement sont trop lourds, donc que l'on est au bord du collapsus financier si on laisse le tiers monde accéder au juste prix à ces médicaments dont il a besoin, bref mentir pour faire encore plus de profit sur des vies humaines est autre chose.

C'est vouloir le petit Lu, l'usine à petit Lu, une flambée de l'action et la feuille de licenciement des salariés - le tout avec un sourire. S'il vous plait. Merci. Au revoir...

Oui le développement d'un médicament coûte cher. Très cher. Mais pas si cher qu'il puisse justifier ou laisser même imaginer que la situation en Afrique du Sud est logique ou a une quelconque légitimité financière.

Même si la voie des procès n'est pas la meilleure, même si d'autres pays offre des voies de développement de l'industrie pharmaceutique en situation d'urgence sanitaire plus intéressantes, réjouissons-nous.

Nous n'avons qu'une seule victoire - celle d'avoir agi.

L'Afrique du Sud est le résultat d'une grande mobilisation et la preuve que l'activisme peut encore aider à sauver des vies.

Même s'il y a mieux ailleurs.

Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.