Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES
Anonyme : hemoroides


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Le virus de la transplantation

Écrit par ToTor le Friday 18 May @ 00:18:33 - version imprimable

CoeurIl semble d'après cet article de USA Today reprennant une étude parue dans le NEMJ qu'un adénovirus (virus du rhume, de la conjonctivite...) soit responsable de la plupart des échecs de transplantation cardiaques.

Ce virus serait aussi impliqué dans les échecs d'autres transplantations d'organes, comme les reins, ou les poumons...

La grande question : serait-il aussi impliqué dans les maladies auto-immunes chez les personnes non greffées ou aurait-il un autre rôle pathologique inconnu ? Et quel sera l'effet d'un traitement par anti-corps ou anti-viral, puisque les receveurs de greffe reçoivent un traitement immuno-suppresseur pour éviter le rejet du greffon ?

Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.