Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES
Anonyme : hemoroides


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Résultats du sondage précédent

Écrit par ToTor le Saturday 30 June @ 01:28:14 - version imprimable

SauvageonsVoici comme promis l'analyse des résultats du sondage précédent. Sur la question de ce que devrait faire la société pour les jeunes délinquants...

- Gagnerait à donner des limites à ne pas dépasser 32.00 % (24)
- Devrait essayer de comprendre « pourquoi » 21.33 % (16)
- Fait preuve d'un peu trop de laxisme 17.33 % (13)
- Ne doit plus rien tolérer et enfermer les asociaux 17.33 % (13)
- Pourrait enseigner le civisme aux agresseurs 8.00 % (6)
- Doit se montrer très tolérante et compatissante 2.67 % (2)
- Est actuellement très juste 1.33 % (1)

On observe une tendance assez surprenante dans les résultats... à peine 30% de tolérants, et chose inquiétante, 35% voulant de l'enfermement et du zéro tolérance !


Un des votants s'est interrogé sur l'utilité et le but de ce sondage.

L'utilité ? Tout simplement « lire les pensées » du lecteur, comme il l'a suggéré. Essayer de mieux comprendre qui nous lit, et ce que pensent les lecteurs, pour faire évoluer la ligne éditoriale. Et faire comprendre que d'autres solutions que la violence et l'enfermement sont possibles. Car nous sommes bien ici sur un site médical, n'est-ce-pas ?

Le but n'est pas d'avoir un sondage « utile » mais bien en caricaturant les réponses d'avoir une représentation de ce que vous imaginez, de la représentation mentale de la délinquance juvénile.

Avoir plus de 50% des lecteurs qui trouvent qu'il faut mettre des limites, être moins laxiste, voire enfermer les asociaux est choquant. L'information au grand public est importante. Peu de personnes connaissent le fonctionnement des hôpitaux psychiatriques ou des centres de réinsertion des jeunes. Le but contrairement à ce que certains voudraient dans le sondage n'est pas de les enfermer définitivement, mais bien de les préparer à leur retour dans la société.

Au moins, ce sondage nous a permis de dégager certaines pistes pour les articles futurs, dans la lignée d'Esquirol, un des précurseurs justement de la libération des « fous », à l'époque enfermés en hôpital psychiatrique sans autre forme de procès... car ils avaient le malheur d'être différents !

Nous ne sommes pas tous égaux. Loin de là. Certains on peut être plus de problèmes. Mais sans tomber dans l'utopie égalitariste, il est bon de se rappeler que tous les humains ont les mêmes droits. Enforcer certains dans leur malchance n'est pas la solution. Ce n'est pas parce qu'un enfant fait preuve de violence qu'il est forcément un danger pour la société.

Et même s'il l'est, le but de la médecine, puisque nous sommes sur un site médical, est de le soigner, en comprenant les causes de son mal être ou au besoin en lui donnant des médicaments psychotropes pour lui permettre de vivre une vie normale, inserrée dans la société.

Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.