Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme : ebixa
Anonyme : REDASAN
Anonyme : vaccination
Anonyme : tabac
Anonyme : sclérose latérale amyotrophiqueAnonyme : sclérose latérale amyotrophiqueAnonyme : extrasistol
Anonyme : hemoroide
Anonyme : hemoroide
Anonyme : panari
Anonyme :
Anonyme : hemoroide
Anonyme : hemoroide
Anonyme : spondilarthrite
Anonyme : mycolog


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

vCJD : Âge Thérapeuthique

Écrit par ToTor le Wednesday 15 August @ 14:44:33 - version imprimable

Très bienC'est peut être bien l'entrée dans l'âge thérapeuthique des maladies à prions que nous annonce ICsouthlondon dans cet article.

Un traitement expérimental développé à San Francisco utilise des molécules connues comme la quinacrine, un antipaludéen, ou la chlorpromazine, un antipsychotique. Il a eu des résultats étonnants non seulement sur les cellules in-vitro, mais surtout sur l'état clinique d'une jeune patiente de 20 ans.

D'autres études sont nécessaires, afin de déterminer la part d'effet propre et la part d'effet placébo, mais voici une grande nouvelle pour tous ceux qui craignent une contamination massive révélée lors de l'évolution pathologique dans les prochaines décennies.


Pour leur recherche, les scientifiques ont étudié des cellules de neuroblastome de souris infectées par des prions. La quinacrine et la chlorpromazine ont inhibé la conversion des protéines prions normales en protéines prions anormales. L'association est particulièrement intéressante car in-vitro, une des molécules passe mal la barrière hémato-encéphalique.

Après arrêt du traitement, aucun signe de reprise de l'infection n'a été observé pendant trois semaines, délai à partir duquel les chercheurs estiment que les cellules sont guéries.

Le mécanisme d'action est discutable - il est juste question d'un effet chiral des groupements latéraux de ces molécules.

Espérons que ces résultats pourront s'étendre aux autres maladies neuro-dégénératives...

Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   


Pas encore de commentaires! Soyez le premier!



                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.