Bienvenue sur thérapeutique et informations ! Revue de presse
Presse
Forums de discussions
Forums
Bavardage en direct
Bavarder
Rechercher une information
Rechercher
Publié à Chapel Hill, NC
« Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
Partenaire technique iBiblio
      

Bienvenue !

Présentation du site
Engagement éthique
Conditions d'utilisation
Pour nous contacter
Améliorer votre site
Recommander le site
Inscription gratuite
Proposer un article
Version allégée
pour palm/pocketpc

Archives depuis 1999

La tribune

Anonyme :
Anonyme : hemoroides
Anonyme : cholangite
Anonyme : PANARI
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : hemoroides
Anonyme : sistite
Anonyme : hemoroides
Anonyme : bisoprolol
Anonyme : PANARI
Anonyme : HEMOROIDES
Anonyme : hemoroides


Entrez votre message,
pas de questions médicales ni de recherches internet



      

Le mercure ? Non merci !

Écrit par ToTor le Friday 26 October @ 15:24:38 - version imprimable

Dentshttp://home.kyodo.co.jp/all/firstp.jsp?news=technology&an;=#20011025215">Le journal de Kyoto nous apprend que des scientifiques locaux ont démontré un lien entre les amalgames dentaires au mercure, utilisés pour combler les caries, et la dermatites atopiques ainsi que d'autres maladies allergiques à retentissement cutané en forte progression ces dernières années.

Le mercure était déjà soupçonné de toxicité, mais quelques études sponsorisées par les fabriquants de « plombages » au mercure en avait démontré l'innocuité.

Qu'attendre de plus avant d'interdire le mercure dans la dentisterie ? Des morts à la une ?


Commentaires - Poster commentaire


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus.
Seuil:Afficher   



Re: Le mercure ? Non merci ! | (Score: 0)
par: on: Saturday 27 October @ 21:03:23
Balivernes tout celà .. les amalgames dentaires sont des alliages,c'est à-dire des entités nouvelles à considérer commes telles. L' amalgame d'argent est composé surtout de trois éléments : l'argent à 70\% ,l'étain à 28\% et le mercure servant de liant. L'amalgame est alors un nouveau corps tout aussi dangereux que le sel qui est aussi une sorte d'alliage constitué lui de sodium et de chlore (NaCl). Pourtant chacun des éléments sodium ou chlore est très dangereux pris séparément. Celà ne nous empêche pas de manger du sel ...N'est-ce-pas!

[ Répondre ]

Re: Le mercure ? Non merci ! | (Score: 0)
par: on: Monday 29 October @ 08:30:08
Peut-être que les affections cutannées sont dûes à autre chose.

[ Répondre ]

Re: Le mercure ? Non merci ! | (Score: 0)
par: on: Monday 29 October @ 21:53:16
Pour éviter de dire des C.... (bêtises ).





COMMISSION D'ENQUETE SUR L'AMALGAME

Pr Françoise CONSO et Pr Jacques DESCOTES, toxicologues

Pr Pierre HARTMANN et Pr Marc PANIGHI, docteurs en chirurgie dentaire

M. Pierre RIVIERE, conseiller d'Etat honoraire







L'amalgame dentaire

et ses conséquences



A la suite des démélés médiatiques qui se sont produits autour de l’amalgame, le Conseil National de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes a constitué une commission d’enquête qui a rendu ses conclusions le 9 novembre 1998.

Nous vous livrons in extenso le rapport qui a été rédigé à la suite de ses travaux.

Il devrait clore une polémique qui n’a que trop duré.





A l’aube du troisième millénaire, les populations prennent de plus en plus conscience que les rejets humains, s’ils ne sont pas contrôlés, pollueront irréversiblement la planète. Le relargage chronique de mercure dans la baie de Minamata au Japon et ses conséquences désastreuses sur les populations environnantes ont soulevé les dangers potentiels de ce produit pour l’organisme humain.

L’inquiétude grandissante, légitime au demeurant, peut devenir irrationnelle si des groupes de pression, mal informés ou mal intentionnés, altèrent la réalité des faits.

Périodiquement les amalgames dentaires ont été considérés comme des substances nocives et dénoncés pour être la cause d’affections variées. Les obturations à base de cet alliage sont très répandues dans le monde occidental et cinq cents millions d’individus au bas mot en portent actuellement. Si le composé était nocif, beaucoup de gens devraient présenter les symptômes d’une toxicité au mercure. Pour donner suite aux controverses qui impliquent ces matériaux et qui ont agité les sociétés occidentales ces temps derniers, plusieurs organismes, dont le conseil de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes, ont fait établir des rapports sur les risques possibles liés à l’utilisation de l’amalgame dentaire. Afin d’examiner la situation actuelle concernant la nocivité éventuelle de l’amalgame dentaire et d’apporter d’éventuelles recommandations, la revue de la littérature scientifique sera basée sur les sujets suivants :



généralités sur l’amalgame



toxicité du mercure chez l’homme



évaluation des risques



les alternatives à l’amalgame



recommandations générales



recommandations pour le praticien



recommandations de veille sanitaire.



GENERALITES SUR L’AMALGAME HISTORIQUE

L’amalgame d’argent-étain-cuivre est le matériau de restauration dentaire le plus communément utilisé depuis son apparition, au début du 19ème siècle. Sa popularité est basée avant tout sur son large domaine d’indications, sa longévité buccale, sa facilité de mise en œuvre, son aisance d’utilisation et son faible coût. Il faut rappeler cependant que, dès le début, l’amalgame a eu de farouches détracteurs lors de campagnes de dénigrement si retentissantes que l’on parle encore de guerres de l’amalgame.

La première bataille a eu lieu aux États-Unis dans la première moitié du siècle dernier, quand la profession dentaire n’était pas structurée et où on connaissait la toxicité des vapeurs de mercure et des composés mercuriels, dont certains servaient en médicaments. A cette période, une connaissance superficielle de la dentisterie et des matériaux aboutissait à des reconstitutions laissant, pour le moins, à désirer. Les cavités de carie n’étaient pas complètement nettoyées et l’alliage à mélanger au mercure était prélevé dans des pièces de monnaie en argent. L’amalgame résultant présentait, en plus, une forte expansion de prise
Lire le reste de ce commentaire...

[ Répondre ]

Re: Le mercure ? Non merci ! | (Score: 0)
par: on: Tuesday 04 December @ 14:37:24
Bof, bof,

Un amalgame contient 50\% de mercure. Et le mercure est quand meme une des substances les plus dangeureuses au monde. De plus des etudes ont montre au'au bout de 10 ans, la moitie du mercure avait disparu de l'amalgame. Car tout le probleme est la : l'amalgame n'est pas STABLE en bouche!

Il est meme considere comme un dechet dangeureux mais, rassurez vous (eh...eh!!!!), uniquement lorsqu' il est hors de la bouche du patient (Demandez a un ami dentiste).

Cordialement.

PS : C'est le meme probleme qu'avec l'amiante. Heureusement que des journalistes et des associations etaient la pour nous remuer un peu...

[ Répondre ]

Re: Le mercure ? Non merci ! | (Score: 0)
par: on: Friday 07 December @ 09:21:13
Bien, bien,

Justement, il se trouve que l'excès de sel (comme l'excès de mercure) est dangeureux pour la santé...

A bon entendeur , salut.

[ Répondre ]

Re: Le mercure ? Non merci ! | (Score: 0)
par: on: Friday 11 October @ 08:56:24
Bonjour !

Souffrant d'allergies cutanée depuis très longtemps, le coupable semble enfin trouvé : le mercure de mes amalgames dentaires. Les analyses salivaires en ont montré une forte teneur. Après remplacement de trois plombages (les plus vieux et en mauvais état), le niveau a bien baissé, mais reste encore trop élevé. Je dois continuer la substitution.

Enfin le bout du tunnel après des années de recherches, de pommades à la cortisone... ?

Je l'espère vivement !

En tout cas, je suis convaincu de la démarche.

Comment sommes-nous arrivé ici : en passant par un fort désiquilibre de mon spectre au niveau des acides gras.

[ Répondre ]




                
Copyright © thera.info

Ce site internet met des information à votre disposition seulement et uniquement dans un but pédagogique. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer la consultation d'un médecin ou les soins prodigués par un praticien qualifié et ne doivent par conséquent jamais être interprétés comme pouvant le faire.